Your browser does not support JavaScript!

Actualités France

Suivi des traces de Covid-19 dans les eaux usées : le MESRI augmente l'ambition du projet OBEPINE

15 juillet 2020 Paru dans le N°434 ( mots)

Lancé au début de la crise sanitaire, le projet d'Observatoire épidémiologique dans les eaux usées (OBEPINE) est mené conjointement par un réseau pluridisciplinaire d'équipes de recherche distribué sur l'ensemble du territoire, avec l'appui opérationnel des exploitants de stations d'épuration, les grands groupes associés, des collectivités locales et des agences de l'eau.

Il vise à réaliser un suivi en temps réel des traces de Covid19 dans les eaux usées de tout le territoire national afin de détecter et d'alerter rapidement sur un potentiel regain de l'épidémie.

Les premiers résultats obtenus par OBEPINE, sur une trentaine de stations d'épuration, ont montré que la charge virale est détectable dans les eaux d'épuration avec une haute sensibilité. Cette quantification s'est révélée, pour le cas particulier de l'agglomération parisienne, précoce et proportionnée à l'afflux de malades dans les hôpitaux lors du premier pic épidémique. Cette approche a reçu un avis favorable du Comité Analyse Recherche et Expertise (CARE) et a été soutenue financièrement à hauteur de 500 000 euros par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation pour approfondir les travaux les plus fondamentaux.

Le choix judicieux des lieux de prélèvement des eaux usées, combiné à une connaissance fine des populations concernées, permet d'envisager un maillage territorial, un véritable réseau "sentinelle", qui viendrait compléter les mesures sanitaires déjà mises en place par le gouvernement.

Le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation a souhaité que ce concept développé par OBEPINE puisse être vérifié à plus grande échelle par un démonstrateur opérationnel dès l'automne 2020. L'ambition est d'arriver à un maillage territorial s'appuyant sur un réseau de 150 stations d'épurations.

Un financement d'un maximum de 3 millions d'euros du MESRI accompagnera le déploiement de ce démonstrateur.

A l'issue de ce projet, un rapport complet sur les performances, les améliorations à apporter et sur les difficultés opérationnelles rencontrées est attendu. Ces éléments permettront d'apprécier l'opportunité et les conditions de la mise en place d'un réseau pérenne d'alerte et de surveillance dans un contexte où les avis scientifiques s'accordent sur l'éventualité d'une résurgence de la pandémie de Covid19 dès cette année, et sur la possibilité de vagues saisonnières.

Cette approche pourrait également être adoptée pour le suivi d'autres pathologies infectieuses.