Your browser does not support JavaScript!

Le déroulement d’un chantier d’adduction génère parfois des impacts très négatifs sur l’environnement. Mais il est possible de les atténuer comme l’a démontré Frans Bonhomme sur le chantier d’adduction d’eau potable de la commune de Muret-le-Château en Aveyron, dont l’impact sur l’environnement et la biodiversité a été très limité.

Le Syndicat intercommunal des Eaux de Montbazens-Rignac en Aveyron était maître d’ouvrage et maître d’œuvre sur ce chantier qui a débuté en septembre dernier et devrait s’achever en janvier 2017. Les évolutions réglementaires, les mises en conformité et les perspectives d’évolution des besoins ont conduit le SIAEP de Montbazens-Rignac à réaliser un chantier de renforcement du réseau d’adduction en eau potable. Objectif : répondre aux besoins en eau potable à moyen et long terme de la commune de Muret-le- Château en sécurisant son approvisionnement.

Le chantier reliait Muret-le-Château à la canalisation principale d’Aubrac sur une distance de 11 km. Le tracé retenu traversait essentiellement des parcelles agricoles et des zones naturelles à forte valeur patrimoniale. Le projet a donc été soumis à une étude d’impact préalable et un ingénieur écologue a été chargé du suivi du chantier pour analyser son impact sur l’environnement et la biodiversité.

Les enjeux environnementaux portaient essentiellement sur la préservation des milieux naturels pendant la réalisation des travaux. En effet, l’emprise du chantier est située sur le plateau calcaire du causse comtal qui abrite des espèces protégées à fort enjeu patrimonial dont le pique-prune (insecte), le hibou ainsi que des espèces de fleurs protégées telles que la Véronique en épi et le Séneçon de Rodez. La mise en œuvre du chantier a donc été pensée pour minimiser son impact sur l’environnement, la faune et la flore, ainsi que sur l’activité agricole locale.

Ainsi, la particularité de ce chantier a été de réaliser, en un seul passage, la préparation, l’ouverture de la tranchée, la pose des tuyaux ainsi que la fermeture de la tranchée.

Le terrain, difficile compte tenu de sa nature rocheuse, a nécessité l’utilisation d’une trancheuse pour ouvrir des tranchées de 70 cm de large sur 1m10 de profondeur. Les matériaux dégagés par la trancheuse ont été passés à la cribleuse pour concasser les matériaux. Ils ont ensuite été réutilisés pour les remblais. Compte tenu des contraintes techniques, le choix du SIAEP s’est porté sur les tuyaux fonte Electrosteel DN200 classe 64 commercialisés par Frans Bonhomme.

La parcelle a été remise en état le jour même, les clôtures re-posées et la flore re-plantée lorsque c’était nécessaire. L’entreprise SRTP Albinet a progressé ainsi à raison de 200 mètres par jour environ.

« Ce chantier illustre notre capacité à répondre aux problématiques AEP des donneurs d’ordre en leur livrant des produits adaptés tout en les accompagnant dans leur démarche de respect de l’environnement », conclue Xavier Poujol, Directeur Régional Sud-Ouest de Frans Bonhomme.