Your browser does not support JavaScript!

Najoua Haddaoui 30 mars 2018 Paru dans N°410 - à la page 79

La modélisation de la cinétique d’abattement de la matière organique dans un système intégré RA-CAHR est de nature complexe vu la variabilité des facteurs physicochimiques, bactériologiques et algologiques qui sont mis en jeu. Cependant, le recours vers la notion d’un réacteur biologique parfaitement homogène peut simplifier d’une part la mise en équation des différents phénomènes liés à la biodégradation, la croissance bactérienne et celle algale en considérant une cinétique d’ordre un. D’autre part, l’introduction du facteur ? et le facteur ? traduit la notion de symbiose qui règne au sein du réacteur. La considération du facteur ?O vient renforcer la notion de déséquilibre ressentie par le système lors du fonctionnement diurne et nocturne. Le modèle établi tient compte des principaux paramètres de dimensionnement des réacteurs qui sont la charge, le débit et le temps de séjour, cependant ce système reste limité par la charge organique qui lui est appliquée et donc ne dessert que des petites et moyennes collectivités. Notre modèle cinétique permet, en se fixant un rendement d’élimination dans le CAHR et connaissant la charge organique entrante, de calculer le temps de séjour dans le chenal, et par suite de dimensionner le réacteur. Ainsi, le modèle établi gagnerait en fiabilité si les valeurs de ces paramètres sont affinées par calage du dit modèle, opération qui consiste à confronter ses résultats à une série de données expérimentales et par ajustements successifs des paramètres descriptifs, d’améliorer le résultat obtenu afin qu’il soit le plus réaliste possible. Les valeurs issues du modèle en phase de calage doivent donc être comparées statistiquement et graphiquement aux données de terrain. L’idée de concevoir un chenal en mode étage appelé (CARET) permettrait de traiter une charge organique supplémentaire en mode série. Cependant, le recours vers une modélisation identique s’avère nécessaire. Ce modèle mis en équation restera tributaire des constantes cinétique et biologique qui doivent être déterminées expérimentalement sur un prototype qui sera réalisé.