Your browser does not support JavaScript!

Polymem vient d’obtenir l’ACS pour ses nouvelles membranes à fibres creuses PVDF Neophil™. Cet agrément permet de commercialiser ce produit sur le marché français pour la production d’eau destinée à la consommation humaine.

Les membranes PVDF Neophil™ permettent de maintenir une qualité d’eau constante quelles que soient les variations de l’eau brute. En effet, au bout de 5 ans d’utilisation, ces membranes conservent les mêmes caractéristiques de filtration (à coût d’exploitation constant), alors que les membranes classiques requièrent de 10 à 20% d’énergie ou de produits de nettoyages supplémentaires au-delà de 2 ans.

Ce développement est le résultat d’un partenariat noué avec Arkema, premier chimiste français et acteur majeur de la chimie mondiale. Gage de son potentiel, ce projet a été soutenu par le Ministère de l’Industrie en tant que projet stratégique de la Nouvelle France Industrielle.

Cette membrane innovante a été testée en laboratoire avant d’être utilisée par Veolia en conditions réelles. Suite à cette phase de tests, les résultats ont confirmé les qualités de ce matériau à hydrophilie durable. Les membranes PVDF Neophil™ sont en passe de chambouler le traitement des eaux dans le monde et notamment aux Etats-Unis où Polymem les commercialise déjà. La certification ACS va permettre d’accélérer le développement commercial de cette technologie membranaire d’ultrafiltration en France pour les collectivités et l’industrie.

« Polymem continue sa stratégie d’innovation pour servir et développer les applications de traitement de l’eau par ultrafiltration, se félicite Jean-Michel Espenan, Président de Polymem. Nous nous sommes peu à peu imposés comme le seul fabricant français de membranes fibres creuses et nous confortons notre position de leader au niveau mondial avec des innovations et l’industrialisation réussie de nos développements. Pour nos clients et utilisateurs finaux l’ultrafiltration, déjà adaptée à leurs besoins, se voit à présent dotée d’une membrane à efficacité et durabilité exceptionnelles, générant une réduction des frais de maintenance et de remplacement ».

Si la production d’eau potable est l’une des applications les plus courantes en matière d’ultrafiltration, cette technologie intéresse également le traitement des eaux usées. Cette membrane permettra en effet de créer, à partir d’eaux usées municipales ou industrielles, une ressource alternative qui pourra être utilisée par exemple pour les usages urbains (lavage de la voirie, arrosage des espaces verts…).