Your browser does not support JavaScript!

C’est ce qui ressort d’une étude scientifique pilotée par le Groupe National Public réalisée de 2011 à 2016 et qui vient d'être publiée par Irstea.

En 2011, l’Onema a financé Irstea pour la réalisation d’un programme de suivi technique in situ des installations d’ANC (traditionnelles ou agréés) en condition réelle de fonctionnement chez les particuliers. 

Cette étude, pilotée par le Groupe National Public ANC, a évalué une trentaine de dispositifs traditionnels ou agréés, dont une vingtaine ont pu être qualifiés selon deux critères : 

- la qualité des eaux usées traitées (21 dispositifs qualifiés);

- la fréquence des opérations d’entretien « curatif »  (19 dispositifs qualifiés).

L’analyse statistique des données collectées montre, selon l'étude, que seulement 5 des 21 dispositifs qualifiés sont satisfaisants quant aux seuils de référence « qualité de l’eau ».

Si l'on intègre aussi le critère « fréquence d’entretien », seuls 3 dispositifs (sur 18 qualifiés sur les 2 critères) seraient satisfaisants.

 

Les résultats détaillés de l’étude Irstea sont accessibles ici