Your browser does not support JavaScript!

Tignes a choisi la fonte ductile de Saint-Gobain PAM pour la réalisation d’une conduite forcée en DN 900 sur 1,8 kilomètre. L’utilisation de la fonte a été privilégiée pour ses caractéristiques techniques, sa durabilité, et sa simplicité de pose. Explications.

Réputée pour son domaine skiable, Tignes accueille chaque année de nombreux visiteurs, hiver comme été. Pour alimenter la commune en électricité propre et durable, la société Tignénergies réalise des travaux d’aménagements hydroélectriques conséquents. Sur 1,8 kilomètre et 240 mètres de dénivellation, une conduite forcée DN 900 amènera l’eau le long du ruisseau des Combes jusqu’à une centrale hydroélectrique construite au bord du lac du Chevril. Grâce à un investissement d’un montant de 6,5 millions d’euros, la production annuelle d’électricité devrait atteindre près de 10 millions de kwh (10 Gwh), soit près de 15% de la consommation totale de la station.

La société Tignénergies, association entre la Régie Electrique de Tignes et SUMATEL, avec l’aide de son maître d’œuvre Hydrétudes, a retenu l’entreprise Mauro pour le lot Génie Civil et la pose des canalisations : 1 800 ml en DN 900, 300 ml en DN 300 et 1200 ml en DN 250. La solution proposée repose sur les gammes Pluvial® et Natural® de Saint-Gobain PAM.

 

La fonte : durabilité et simplicité de pose

Pour produire de l’énergie hydroélectrique, la Régie Electrique de Tignes et SUMATEL (SUrveillance, MAintenance et TELésignalisation) ont décidé de mettre en commun leur moyens financiers et techniques pour concevoir et réaliser une conduite forcée en DN900 sur 1,8 kilomètre sur la commune de Tignes. Captée par deux prises depuis le lac de Tignes, l’eau est acheminée dans les tuyaux qui descendent jusqu’à la centrale électrique, située juste en amont du barrage du Chevril où elle est turbinée.

En raison de contraintes géotechniques fortes, l’utilisation de la fonte a été privilégiée pour ses caractéristiques techniques, sa durabilité et sa simplicité de pose.  « Le choix de Tignénergies s’est porté sur l’entreprise Mauro qui proposait des solutions de canalisations Saint-Gobain PAM en fonte ductile, explique Bernard Genevray, Président Tignénergies. Tout d’abord, installés à flancs de montagne et sur un dénivelé important, ces tuyaux résistent à de fortes pressions. Ensuite, les tuyaux en fonte ductile sont emboîtables et peuvent être posés facilement par une seule équipe dans de petites tranchées. Ainsi, les délais de pose sont considérablement réduits, ce qui n’est pas négligeable sur un chantier de cette envergure ».

La tranchée dans laquelle se trouve la conduite forcée héberge également la nouvelle canalisation d’eau potable alimentant Tignes à haute pression depuis le versant opposé. « Nous avons été sélectionnés par Tignénergies pour nos solutions complètes de canalisations en fonte ductile, souligne  Yves Jasserand, Chargé d’affaires à la direction Régionale de Lyon de Saint-Gobain PAM. En effet, nous avons proposé les gammes Pluvial® et Natural®, parfaitement adaptées à un chantier hydroélectrique et la gamme NATURAL HP® pour le transport de l’eau potable ».

De fortes contraintes environnementales et techniques

Afin de préserver la biodiversité et les espèces protégées, le chantier de Tignes a été soumis à des règles environnementales très strictes. « Pour que le chantier se déroule dans les meilleures conditions et sans interruption, nous avons scrupuleusement respecté une réglementation environnementale rigoureuse, indique Raphaël Gros, PDG de SUMATEL. Nous avons d’ailleurs été soumis à des contrôles réguliers afin de vérifier que les mesures de protection de la faune et de la flore soient bien respectées ». Le chantier a par exemple nécessité la pose de filets anti-batraciens en bord de tranchée, afin d’éviter que ces derniers ne soient affectés par la circulation des engins, les travaux se déroulant en bordure de deux zones humides. « De plus, un certain nombre d’espèces protégées ont dû être transplantées afin de garantir leur pérennité, ajoute Emilie Humbert, Directrice technique chez Hydrétudes.

Les équipes ont également dû faire face à des contraintes liées à l’altitude et à la saisonnalité. Initialement, le chantier devait démarrer fin avril mais celui-ci a été repoussé à début juin en raison d’un hiver particulièrement rude.  « Faire en sorte de maintenir les délais préalablement fixés sur une période plus courte était notre objectif, détaille David Gandaubert, dirigeant de l’entreprise Mauro. Nous avons donc réorganisé le chantier en y allouant plus de moyens humains et matériels. Grâce à l’implication de nos équipes (une trentaine de collaborateurs) et à notre savoir-faire, nous sommes parfaitement dans les temps. Ce chantier est également une belle référence nous permettant de mettre à profit l’ensemble de nos compétences, tant en Génie Civil qu’en Canalisations ».

La fin du chantier de pose et du génie civil est prévue pour octobre 2018 afin de permettre l’installation des gros équipements techniques (turbine, alternateur...) avant l’hiver. La mise en service de l’installation est espérée pour la fin du premier semestre 2019.